Comment bien choisir son logiciel de montage vidéo ?

Logiciel de montage vidéo : le choix ultime

Pour les personnes qui sont amateurs de technologie, le fait de trouver un logiciel de montage vidéo est semblable au fait d’avoir à acheter sa première voiture. Par ailleurs, lorsqu’on jette un œil sur tous les différents types de logiciels qui sont proposés sur le marché, on peut facilement en perdre  son latin.

En attendant le moment de trouver le logiciel de montage vidéo capable de vous produire le montage de vos vidéos, pourquoi ne pas s’en procurer un qui soit gratuit pour commencer ? Cela vous donnera l’occasion de vous familiariser avec tous les aspects techniques de la postproduction. Vous habituez avec les termes : Timeline, Export, Import, Clips, Étalonnage, Prévisualisation, Glisser déposer, Encodage, Codec, Incrustation, Découper, Fractionner etc ..

Nous vous proposons, une liste non exhaustive des logiciels de montage vidéo. iMovie et Windows Movie Maker étant peut-être déjà installé sur vos machines.

Vous trouverez également, des logiciels de montage vidéo en ligne, une aubaine pour une première prise en main. Avez-vous un compte Gmail ? si c’est le cas alors vous avez un compte Youtube, avec ce dernier vous pouvez ainsi faire vos premiers dans le montage de vos vidéos en ligne.

Citons également :

  • https://online-video-cutter.com/fr/  un avis : facile à utiliser, interface ultra simplifiée, un bémol cependant pas de possibilité de titrage
  • https://wave.video/ un avis : le meilleur pour créer des vidéos pour les réseaux sociaux avec des textes animés, une voix off et des émojis
  • https://videotoolbox.com/ un avis : compatible avec de nombreux formats vidéo, attention à l’espace de stockage limité à 0.6 Go, l’interface est uniquement en Anglais
  • Kizoa  un avis : la version gratuite vous offre seulement une capacité de montage d’une minute avec une résolution 720p, la version STARTER est à 29.9 €  avec 10 min de film max en Full HD pour avoir plus de capacité on passe à 49.9 € pour 20 min, pour la 4K on grimpe à 299 €, la gratuité à ses limites !  CQFD !

La liste et non exhaustive ! Vous trouverez sur le net bien d’autres logiciels de montage vidéo en version gratuite attention cependant à la durée d’utilisation limitée et aux données stockées. Certaines plateforme limitent la capacité des fichiers à 0.3 G ou en temps limité, ce qui peut-être une vraie contrainte si vous avez beaucoup d’images à monter ! D’autres plateforme vous propose un service payant pour les mises à jour logiciel, un support technique ou pour le stockage de votre montage ou bien encore pour la puissance du traitement des images.

Les différents types de logiciels de montage gratuits pour ordinateur

logiciel de montage vidéoEn tout premier lieu, vérifiez si celui n’est pas déjà installé sur votre machine. Un précieux conseil : ne le télécharger pas sur le 1er site venu. En faisant cela, vous pourrez inviter les virus à pénétrer dans votre ordinateur. Les liens présents ci-dessous (en bleu) sont vérifiés et vous dirigent directement sur le site officiel.

  • Avidemux (PC/ Mac/Linux). L’interface est simple d’utilisation. Ce logiciel est adapté pour les débutants.
  • Movavie (PC/ Mac/Linux). L’interface est épurée. Elle permet d’enregistrer une voix off et d’éditer des DVD. D’autre part, une option complémentaire s’ouvre à vous pour des titres, transitions et des effets spéciaux.
  • Shotcut (PC/ Mac/Linux). Ce logiciel prend en charge les derniers formats audio et vidéo. Aussi, il gère la 4K et offre de nombreuses autres fonctionnalités. Ce logiciel offre un bon compromis avant de passer sur un logiciel pro.
  • OpenShot (PC/ Mac/Linux). L’interface est très agréable, très simple à utiliser. Autre atout majeur de ce logiciel de montage : le nombre de piste est illimitée. Vous souhaitez mettre l’accent sur les effets, vous avez à votre disposition un nombre incalculable (enfin presque) d’effets et de transitions. Enfin, l’interface possède de nombreux formats d’exportation, et de préréglages pour les plateformes vidéo YouTube, Viméo etc

Liste non exhaustive 

Les applications de montage vidéo pour smartphone ou tablette

  • VN (gratuit), j’ai un petit faible pour cette application qui a tout d’une grande…
  • Adobe Première Clip ( gratuit)
  • PowerDirector ( gratuit)
  • Viméo ( gratuite)
  • KinéMASTER  (payant)   
  • Film Pro (payant)   
  • IMovie  (payant)
  • Vizzywig  (payant)

Budget fixe ou mensuel ?

Nous allons devoir vous parler, des logiciels de montage vidéo payant tous les mois, comme en autres, Adobe Première Pro, VEGAS PRO 365 et AVID MEDIA COMPOSER.  Vous pouvez choisir, dans un 1er temps la version gratuite. Pour la version payante, AVID vous propose un abonnement mensuel à environ 50 €.  Chez Adobe, le prix varie en fonction de votre statut. Si vous êtes un professionnel, celui-ci sera estimé à environ 29,9 euros par mois, tandis que pour un particulier, ce sera de 23,99 euros. Chez VEGAS, le prix est d’environ 17 euros par mois.

Par ailleurs, un autre tarif apparaît sur les vitrines pour les professeurs ainsi que les étudiants : 19,50 euros, pendant la première année, mais ce prix augmentera à 29,99euros pour les prochaines.

Plus précisément, pour l’entrée de gamme, comptez environ 50 €, alors que pour la Rolls des logiciels de montage audiovisuels, il faut ajouter quelques zéros, puisque les prix s’envolent jusqu’à 30 000 €.

semeur dimages 2

Cependant, la qualité des options est un premier critère que vous devez prendre en compte lorsque vous choisissez votre logiciel de montage vidéo. Vous devez juste savoir, que plus celui-ci est haut de gamme, plus il disposera de nombreuses options : gestion des codecs, générateurs de médias, de titres, compatibilités avec les formats vidéo 2K, 4K, 8K, etc.

Les logiciels de montage vidéo payants

  • Pinnacle STUDIO  de 60 € à 130 € selon l’édition.  Avec un rapport qualité/prix raisonnable, ce logiciel vous ouvre un large choix d’effets et de transitions. Vous pouvez monter des vidéos 360°.  Le tutoriel est uniquement en Anglais.
  • Filmora   40 €/an ou 60€ pour la version illimitée. Ce logiciel offre une interface intuitive, simplifié, très agréable pour les débutants.  Vous disposez de transitions de qualité avec la possibilité de monter des vidéos 360°. Un point technique, il faut posséder un ordinateur avec 8 GB de RAM minimum, afin d’éviter des temps de chargements et exportations des vidéos, extrêmement long.
  • VEGAS de 30 € à 700 €. Vous disposez d’une large gamme de versions différentes pour vos post productions de vos vidéos amateurs ou professionnelles. Norte conseil, ce faire la main sur un logiciel entrée de gamme. plus d’infos sur VEGAS.   
  • DaVinci Resolce Studio 16. Ce logiciel est gratuit avec une version payante à 269 €. La version gratuite est très complète pour les vidéastes avertis. C‘est à notre avis, le meilleur logiciel de montage vidéo, pour jouer dans la cour des grands. Ce logiciel a tout pour plaire. Seul inconvénient, sa prise en main est complexe, une formation ou un accompagnement permet de gagner un temps précieux pour sa prise en main.
  • Final Cut Pro X  – 299 €- Le logiciel tourne uniquement sur MAC. Son environnement est intuitif, et didactique

Montage de vidéos : comment personnaliser votre projet ?

Qui a dit que les montages vidéo n’étaient réservés qu’aux professionnels ? Il est nécessaire de préciser qu’aujourd’hui, les logiciels vous permettant d’assembler vos vidéos, sont nombreux. En effet, peu importe votre niveau, que vous soyez un débutant ou un expert, vous pourrez trouver chaussure à vos pieds.

De plus, si vous êtes encore dans l’apprentissage, sachez que vous pouvez choisir les logiciels qui sont adressés aux débutants. Ceux-là sont connus pour être à la fois faciles à manipuler et employer. Par contre, il existe, une large palette destinées aux professionnels. Vous pourrez les reconnaître grâce à leur interface.

Comment bien choisir votre logiciel de montage ?

Les critères de choix à respecter pour choisir le logiciel dépendront de vos besoins. La première condition que vous devez tenir en compte c’est la performance de votre ordinateur. Il serait tout de même dommage que vous choisissiez un logiciel de traitement de vidéo inadéquat à votre appareil.

Il faut que vous sachiez que certains logiciels ne peuvent pas être installés sur un Mac par exemple. En outre, vous devez bien prendre en compte le type de format de vidéo que le logiciel accepte. Si la plupart peuvent être en adéquation avec tous les formats des vidéos, il faut savoir que certains ne les prennent pas en compte.

Pour conclure : ce que vous devez savoir

Pour résumé, avant de se lancer tête baissée dans un achat onéreux d’un logiciel avec qui plus est, une prise en main qui vous sera un peu difficile, voire même impossible, il est recommandé d’apprendre en premier lieu à maîtriser complètement le logiciel grand public.

Par ailleurs, plus le logiciel est simple, plus vous prendrez plaisir à réaliser des montages. Il n’est pas faute de dire que la prise en main de certains logiciels professionnels peut souvent paraître un peu complexe. De surcroît, des tutoriels existent, certains sont même payants ! En d’autres termes, il faut du temps, beaucoup de temps, pour maîtriser pleinement un nouvel environnement de montage virtuel.

Un autre point tout aussi important doit être abordé : celui de la maîtrise des règles de montage, vous avez investi plus de 500 euros dans votre logiciel, mais vous ne maîtrisez aucune règle de montage. Pour y remédier, pourquoi ne pas pensez à faire une formation en ligne, soit avec des tutoriels ou soit le « must », une formation en présentielle avec des professionnels de l’audiovisuel. L’investissement de départ est très vite rentabilisé et dans certains cas, les formations professionnelles sont prise en charge par les OPCO.

Pour terminer, les concepteurs de logiciels professionnels ont procédé à une adaptabilité de leur logiciel sur smartphone. Cela serait vraiment avantageux pour les personnes qui veulent travailler durant leur déplacement. En 2020, les applications pour smartphone inondent le marché. En effet, elles sont ultras simplifiées tout en proposant de respectable performance.

Vous souhaitez poursuivre cette discussion, nous attendons vos questions, vos réflexions, vos commentaires, vos retours d’expériences … Vous pouvez nous faire part de votre avis sur l’espace de commentaire juste en bas de cet article.

6 conseils pour réaliser une vidéo professionnelle

Vous vous lancer dans la réalisation de votre première vidéo professionnelle, découvrons ensemble les 6 conseils incontournable.

Une vidéo PRO, quel intérêt !

Une vidéo professionnelle peut avoir plusieurs objectifs : relater un événement, découvrir, comprendre une entreprise, une activité, un produit … Pour que cela « fonctionne » il faut s’appuyer sur une méthodologie. Au fils du temps, vous allez vous l’approprier, se doit être votre marque de fabrique, votre empreinte. 

Conseil n°1 : relater une histoire conseils pour réaliser une vidéo professionnelle

Et pour raconter une histoire, il faut une méthode, des outils, comprendre les attentes, les objectifs de votre commanditaire. Autre point important : à qui va être destiné la vidéo ?

Conseil n°2 : le message 

Encore quelques questions à se poser avant de démarrer, mais sans trop en dire, il ne faut pas noyer le poisson. Gardez en tête l’adage « trop d’information tue l’information ». Posez vous les bonnes questions :

  • Pourquoi réaliser une vidéo PRO ?
  • Quel est l’objectif de cette vidéo ?
  • S’il n’y avait qu’un seul élément à retenir dans cette vidéo, lequel ?
  • Doit-elle susciter des réactions, des inter actions, des partages … ?
  • Aura t-elle une durée de vie ?

Conseil n°3 : le cahier des charges 

Le cahier des charges de votre vidéo professionnelle est votre guide à la fois pour vous mais pour votre commanditaire. Il comprend :

– Un planning : il est impératif  de définir les différents échéances et une date de livraison, ainsi votre client pourra se projeter.

– Un scénario :  c’est là aussi, un élément clé, une feuille de route pour les deux parties, il permet d’acter tous les élément de la réalisation dont :

  • Les lieux et dates de tournages
  • Le nombre de séquences, de plans, d’interviews
  • Le texte de la voix off 
  • Les titrages
  • La charte graphique
  • L’habillage musical
  • Les droits d’exploitation de diffusion

Le scénario a une valeur contractuelle. Il peut comporter plusieurs versions. Là aussi, il faut être prudent et définir avec le client le nombre de version maximale.

– L’échéance : Un projet qui s’éternise sur plusieurs mois, peut amener une perte de motivation à la fois pour vous et votre interlocuteur. En règle générale, il faut compter quelques semaines mois avant la validation de l’écriture. Gardez en tête, vous n’êtes jamais seul sur le marché. Votre client peut vous mettre en concurrence. 

Conseil n°4 : le devis conseils pour réaliser une vidéo professionnelle

Un devis clair, précis évite toute source de tensions et d’incompréhension. Il doit être signé pour en assurer une valeur juridique. Il est complexe de bien évaluer un budget, on trouve toujours un prix psychologique, trop cher, pas assez cher …  

Le petit plus : joindre vos conditions générales de vente à votre devis.

Conseil n°5 : Superman !conseils pour réaliser une vidéo professionnelle

La réalisation d’une vidéo professionnelle peut-être complexe. Vous ne pourrez jamais être un Superman de la vidéo … désolé de caser un mythe ! Dans un contexte PRO, chacun a une spécificité : scénariste, cadreur, monteur, graphiste, ingénieur du son, comédien (voix off), musicien … et la liste est encore longue. 

Il faut donc bien s’entourer et bien connaître son réseau pour faire appel à un prestataire. Juste un exemple : si votre client vous demande une voix off, pensez à bien identifier en amont, un studio de mixage qui vous propose des professionnels de la voix off sans oublier d’inclure dans votre devis, cette prestation. votre client préférera avoir un seul interlocuteur, c’est à vous de mettre en musique et bien coordonner l’ensemble de vos prestataires, sans oublier les délais de fabrication.

Conseil n°6 : la diffusion 

reseaux02 150x150 1Nous y sommes …votre vidéo est maintenant terminée, il faut penser à la diffusion.

  • un dernier point avant de diffuser, la gestion de tous les droits ( diffusion, reproduction, droit master, droit à l’image etc…)
  • bien choisir sa plateforme de diffusion

 

Conclusion

Une vidéo professionnelle est un vecteur ultra puissant pour la communication. Il est très tendance. La démocratisation de la très haute définition va contribuer au succès de votre vidéo. A Semeur d’IMAGES, nous vous formons pour découvrir encore plus en détails toute cette méthodologie. Et sans aucun doute, vous aurez amorti dès le premier semestre de votre activité, le coût de cette formation.

Découvrez ici quelques exemples de production de Semeur d’IMAGES. 

Comment bien choisir sa caméra ?

Reflex / Caméscope / Action Caméra ! comment s'y retrouver !

L’achat d’une caméra est la somme de nombreux questionnements. Entre la qualité des images, les performances optiques, la qualité du micro et le choix de différents accessoires, micro, perche, trépied, spot lumière … difficile de s’y retrouver !

Essayons de répondre à vos premières interrogations.

En tout premier lieu : quel est votre budget globale ?  En effet, il est prudent de prévoir quatre lignes budgétaires. Cet outil de calcul vous permet de fixer un ordre de pourcentage pour votre premier achat de caméra et ses accessoires.

Autre point : quel va être l’usage de votre unité de prise de vue numérique ? 

  • films d’entreprises, couvertures événementielles
  • documentaires, reportages
  • fictions
  • podcast, vlog, chaîne Youtube
  • vidéo 360 °
  • familiale 

Qu’est-ce qui influence le prix d’une caméra ?

  • La résolution de l’image. Aujourd’hui, la résolution la plus courante est le Full HD, l’image a une largeur de 1920 pixels et une hauteur de 1080 pixels. Depuis quelques années, la 4K, fait son apparition pour les caméscopes grand public. Se format se démocratise largement en 2020. L’image est composée de  3 840 pixels par ligne pour 2 160 lignes.
  • Le zoom : Un zoom optique n’a pas la même qualité qu’un zoom numérique. Le zoom optique est idéale pour filmer un sujet loin de l’objectif, sans perte de qualité. Un zoom optique a bien sûr des limites. Plus vous zoomez et plus la qualité d’image se dégrade. Le zoom numérique est donc à utiliser en dernier recours. Le meilleur moyen est de se rapprocher de son sujet, quand cela est possible bien sûr.
  • Le capteur . Si l’on peut faire une comparaison, le capteur numérique  est l’équivalent de la pellicule argentique. Plus la pellicule est large, exemple 35 mm, meilleur est la qualité d’image. En vidéo numérique, on parle soit de capteur plein format ou de capteur APS. La distinction se fait surtout dans un usage professionnel. Le capteur plein format offre une plus grande gamme dynamique des couleurs en autres. 
  • La prise son. Toute caméra est équipée d’un micro. Nous reviendrons, plus en détail sur cette option, dans la deuxième ligne budgétaire. Ce qu’il faut retenir : une prise externe micro sur une caméra est une une option à ne pas négliger. D’autant plus, si vous souhaitez une prise de son de qualité. 
  • Le support d’enregistrement: Aujourd’hui tous les caméscopes enregistrent sur carte mémoire. Ils peuvent aussi proposer une mémoire interne. Mieux vaut opter pour un modèle de grande capacité, permettent d’enregistrer plusieurs heures de rush ( vos images) en qualité maximale.
  • L’écran : Le choisir de préférence tactile « multitouch » pour faciliter la navigation dans les menus. Au sujet du viseur, il se retrouve désormais uniquement  sur les modèles haut de gamme, c’est dommage. 
  • La fonction wifi . Depuis quelques années, les caméscopes grand public et professionnel  se rapprochent de la même connectivité de nos smartphones. Il est donc tout à fait naturel de voir cette option fleurir sur les caméras.
  • Le pico-projecteur.  C’est un vidéo projecteur intégré à votre caméra. Vous pouvez consulter vos séquences vidéos en les projetant directement sur un mur. Mais attention, la qualité n’est pas toujours au rendez-vous.
  • La connectique : Tous les caméscopes sont équipés en générale d’une connectique pour relier le signal vidéo à un téléviseur par exemple, une sortie HDMI. Vérifiez si le caméscope possède au moins une sortie HDMI.

Les dernières nouveautés

  • Le twin caméra : proposé par Panasonic, cette option assez originale permet de filmer et d’avoir un autre angle de caméra. Ainsi, l’image est composée de la prise de vue principale et d’une prise de vue secondaire, c’est magique !  
  • Le mode bébé. Et oui, les fabricants ont de l’imagination. Cette option vous propose un pré-réglage pour capturer facilement ces moments uniques. Les réglages sont optimisés pour la couleur de la peau de bébé, incroyable.

Si vous envisagez plutôt l’achat d’un reflex, vous avez un choix considérable de boîtiers. Rentrons dans les détails.

Les différents types de boîtiers photographiques

  • Un compact : c’est un appareil photo entièrement automatisé, qui n’offre aucune possibilité de changer d’objectif. Cependant, son prix est très abordable.
  • Un Bridge : Il est souvent débrayable, c’est à dire que vous pouvez passer en mode semi automatique ou manuel. Appareil idéal pour commencer sans se ruiner.
  • Un Hybride : C’est un Réflex miniaturisé. Ses objectifs sont interchangeables, vous pouvez effectuer un mode de prises de vues automatique, semi automatique ou manuel, le rapport qualité prix est intéressant.
  • Un Reflex : Appareil qui comporte de nombreux  avantages. Il comporte un boîtier sur lequel on adapte des objectifs inter changeable, du grand angle au téléobjectif ou focale fixe. Un inconvénient cependant, pour satisfaire vos besoins, il faudra peut-être investir dans plusieurs objectifs. Avec un reflex, il est possible de passer dans un mode entièrement manuel, ou semi automatique. Comptez 400 € pour une entrée de gamme. Encore un petit bémol, tous ne sont pas équipés d’une prise microphone externe. 

Et la chaîne de diffusion ! Sur quels supports allez-vous diffuser vos vidéos ?

Un écran TV 4k, une chaîne Youtube, un smartphone, un écran de cinéma .. Face à autant de possibilités, il faut faire un choix stratégique.  Aujourd’hui, vous trouvez, à minima des appareils de diffusion ( votre TV) en Full HD (1920 x 1080 pixels). Pensez donc au respect de la chaîne de production. Je filme en 4K, je monte en 4K, je peux diffuser en 4K. CQFD !

Gardez en tête, cette maxime populaire :   » qui peut le plus peut le moins, mais qui peut le moins ne peut pas le plus …. « 

1ère ligne budgétaire : le matériel de prise de vues.

bien choisir sa caméra

Il est illusoire de penser qu’un seul matériel va s’adapter à tous vos projets.

  • Un caméscope de point atteint très vite ses limites pour la captation d’images sportives.
  • Une action cam (ou GoPro) est limitée pour une bonne prise de son.
  • Un appareil photo reflex est mieux adapté pour le tournage d’une fiction, d’un clip, on peut adapter différents objectifs en fonction de ses besoins. Par contre, on trouve plus de contrainte pour le son. Tous les Reflex ne sont pas équipés de prise micro externe.

La liste des avantages et inconvénients de chaque appareil est longue. Néanmoins, nous vous proposons quelques pistes au sujet des caméscopes. Tout ce qui touche au Reflex fera l’objet d’un autre article.

 

Budget à moins de 250  : Votre budget est limité, vous débutez et vous souhaitez un appareil simple d’utilisation, notre sélection du moment.

  • JVC GZ-R441BEU. Sa particularité, sa mise au point peut se faire en auto ou en manuel, sa définition est seulement en HD, mais il est étanche jusqu’à 5 mètres.

  • CANON Legria HF R806 Noir WiFi. Sa batterie est longue durée. Il est Full HD avec le mode bébé.
  • SONY HDR-CX240. Full HD, il intègre un objectif grand angle

  • ORDRO H264. Résolution 4K. Dans se budget catégorie, c’est l’un des plus performants du marché. Sa qualité d’image est bien au dessus de la moyenne.

Budget à moins de 500  : Avec ce budget, nous commençons à monter en gamme. Vous trouverez les 1ers caméscopes avec un entrée micro. Mais également avec plus d’options.

  • Panasonic HC-VX870 Résolution 4k avec le dispositif, twin caméra, bon compromis pour débuter des projets semi professionnels.
  • Sony HDR-CX625 résolution Full  HD, mode Time-lapse, prise micro et casque 

2ème ligne budgétaire : le matériel de prise de son.

bien choisir son matériel son

Chaque appareil de prise de vues est équipé d’un microphone nommé « omnidirectionnel ». Ce microphone capte les sons dans toutes les directions. Malheureusement, si vous souhaitez faire de la fiction, du reportage, il faut prévoir un micro additionnel filaire ou un micro HF et dans certains cas une perche micro. L’idéal est que votre appareil  soit également doté  d’une prise casque. Un plus pour contrôler le son. Sur la ligne budgétaire prise de son, on peut se faire plaisir… vous avez à votre disposition environ 1000 microphones de qualités et caractéristiques différentes…surprenant non !

Un conseil : si vous avez peu de prises de son à effectuer, il est plus judicieux d’envisager la location. De ce fait, vous adapter votre location en fonction du projet de captation et l’investissement de départ est moindre. Autre avantage, cette option vous permet de tester différent matériel de prise de son et peut-être repérer le matériel le plus en adéquation avec l’ensemble de vos projets.

3ème ligne budgétaire : le matériel d’éclairage

bien choisir son éclairage

Investir sur du matériel d’éclairage, c’est une bonne idée mais faut-il avoir quelques notions sur la gestion des éclairages additionnels et avoir le temps de mettre en place ces derniers. On n’y pense que peu souvent mais la gestion de la lumière dans une réalisation peut prendre beaucoup d’importance et de temps. Positionner correctement des éclairages demande une expertise et des compétences. Votre budget peut très vite exploser … heureusement les prix des éclairages LED sont depuis quelques années devenus très accessible.

Un conseil : réfléchissez avant l’achat, je préconiserai plutôt l’achat de matériels d’occasion, ou partir sur une location avec pour avantage de bien repérer le matériel.  

4ème ligne budgétaire : le trépied, classique ou à tête fluide ?

Là aussi, c’est une question de projet et de matériel. Vous souhaitez réaliser des interviews et vous serez seul pour filmer, gérer une bonne prise de son, positionner votre éclairage et enfin poser vos questions. C’est le travail du JRI -Journaliste reporter d’Images-.  Le premier critère pour un trépied, qu’il s’adapte au poids de votre caméra. Et oui, un trépied d’appareil photo n’est peut-être pas adapté à un caméscope. Et là aussi, souvenez vous de notre maxime… qui peut le moins ne ….

Vous envisagez la réalisation de mouvement de caméra digne des plus grandes réalisations, alors optez pour un trépied avec rotule. Un pied à tête fluide vous permettra de faire des mouvements de caméra fluide. Mais là je crois que nous avons fait exploser le budget, alors un conseil : l’occasion !

Trouver le bon trépied pour ma caméra

Pour un photographe ou un vidéaste, un trépied est un outil indispensable à la création artistique et visuelle. Même pour un amateur, cet outil est une nécessité pour chercher la qualité. Mais choisir le bon trépied de caméra n’est pas chose aisée. C’est d’autant plus difficile vu le nombre et le type existant sur le marché. Comment alors choisir le bon pour sa caméra ? Dans cet article, nous allons voir trois critères importants pour vous aider à bien choisir.

Prenez en comptes vos besoins et votre activitétrépied caméra

Pour choisir un bon trépied, il faut bien sûr que vous preniez en compte l’ensemble  de vos besoins. Si vous avez besoin d’un trépied dans votre studio, vous pourrez opter pour un trépied de studio robuste professionnel, dans ce cas assez lourd. Par contre, si vous voyagez fréquemment dans votre activité de vidéaste / photographe, il vaut mieux choisir un trépied facile à transporter et léger. Il peut être encombrant lors de vos déplacements alors, privilégiez un mini trépied par exemple. Mais il y a d’autres critères à prendre en compte pour bien choisir.

Le poids du trépied

L’un des critères les plus importants pour choisir un trépied de caméra, c’est son poids. Bien sûr, il faut toujours choisir en fonction de ses besoins. Le poids d’un trépied varie en fonction de son matériau de fabrication. Un trépied est moins lourd s’il est fabriqué avec de la fibre de carbone. Ce qui est avantageux si vous devez transporter votre trépied. C’est un matériau léger et résistant capable de supporter votre caméra, mais c’est plus cher. Un peu plus lourd que la fibre de carbone, les trépieds en aluminium sont moins chers. Choisissez toujours un poids adapté à vos besoins et souvenez-vous qu’un trépied plus lourd est bon pour la stabilité.

La charge maximale

Chaque trépied a une charge maximale. Pour vous aider à choisir le bon trépied il faut que vous connaissiez le poids de votre appareil photo. Additionnez ensuite ce poids avec le poids de votre objectif le plus lourd. Supposons alors que vous avez obtenu le poids de 2,5 kg. Optez pour un trépied capable de supporter jusqu’à deux ou trois fois ce poids c’est-à-dire 5 kg. Il en va de la stabilité et de la qualité de vos images. Si votre caméra est trop lourde votre trépied risque de tomber ou sera mal stabilisée.

La stabilité du trépied avec la caméra

Le choix d’un bon trépied pour sa caméra relève aussi de la stabilité. Comme vous l’avez déjà vu, le poids du trépied et la charge maximale sont déjà des paramètres très importants pour la stabilité. Aussi, pour un maximum de stabilité, il existe des trépieds fabriqués avec des fixations supplémentaires. On vous déconseille tout de suite de penser aux trépieds en plastiques. Un bon trépied stable est avant tout fabriqué avec des matériaux solides comme la fibre de carbone qui absorbent les vibrations.

Un trépied monopode est-il utile ?

Tout dépend de ce que vous voulez faire. Un trépied monopode s’utilise surtout pour faire des reportages ou des documentaires avec de longues marches. Notons qu’un monopode ne sera jamais stable comme un trépied à trois pieds. Quoi qu’il en soit, le choix d’un bon trépied pour votre caméscope dépend entièrement de vos besoins et aussi de votre budget.